Sainte-Cécile, patronne des musiciens ?

Le 20 novembre, les musiciens célèbrent celle qui est devenue leur patronne : Cécile.
Mais comme c’est souvent le cas dans l’hagiographie [1], vérité historique et légende se mêlent, et il est difficile d’établir la part respective de l’une et de l’autre.

Mais connaissons-nous vraiment l’histoire de Sainte Cécile ?

Martyre à Rome vers 232, son culte est ancien mais semble aussi légendaire que populaire. Sous le règne du Pape Urbain, Sainte Cécile aurait été mariée malgré elle à Valérien, qu’elle convertit le jour de ses noces. Disciples chrétiens à une époque où affirmer cette croyance était puni de mort, Cécile, Valérien, et son frère Tiburce, furent condamnés à être décapités. Mais elle fût tout d’abord condamnée à être brûlée vive dans son bain. Les vapeurs ne parvenant pas à l’étouffer, on appela le bourreau pour lui couper la tête. Frappée de trois coups de hache, Cécile fut laissée pour morte. Elle agonisa trois jours, durant lesquels elle ne cessa de chanter les louanges de son Seigneur.

Sainte Cécile, patronne de la musique.

C’est à cause d’une mauvaise interprétation d’un texte de ses "Actes", que Cécile a le privilège d’être la patronne des musiciens. Il était écrit que..."le jour de ses noces, Cécile chantait à Dieu dans son coeur".... Mais, le verset liturgique a omis le mot essentiel "in corde suo" soit "dans son coeur", pour le remplacer par le mot "organis", "au son des orgues".

Notes

[1] Hagiographie : Ecriture de la vie et/ou de l’oeuvre des saints.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×